Aller au contenu principal

La sous-déclaration des violences intrafamiliales dans la Métropole de Lyon : clés de compréhension et pistes d'action pour la collectivité

publié le 19. 11. 2020

Cette étude a pour objectif d’identifier les principaux freins à l’origine de la sous-déclaration des violences intrafamiliales, tant du côté des personnes qui en sont directement victimes que du côté des professionnel·le·s qui travaillent à leurs côtés, ainsi que les leviers envisageables pour améliorer la situation. Elle repose sur une quinzaine d’entretiens.


Travailler sur la sous-déclaration des violences intrafamiliales n’est pas une tâche aisée en raison de difficultés de définition et de mesure du phénomène. Problème ancien, il fait aujourd’hui l’objet d’une médiatisation renforcée. Mais le fait d’en parler davantage ne lève pas pour autant les nombreux freins qui sont à l’origine de son existence. Du côté des personnes victimes de violences intrafamiliales, ce sont avant tout des obstacles d’ordre psychologiques et sociaux qui conduisent les publics à s’abstenir de tout signalement. Du côté des professionnel·le·s, ce sont davantage des motifs pratiques, organisationnels et matériels qui expliquent la tendance de nombreux acteur·rice·s à ne pas déclarer suffisamment les violences intrafamiliales. Pour parer ces difficultés, des initiatives sont d’ores-et-déjà à l’oeuvre en direction de l’ensemble des parties prenantes : campagnes de communication, actions de prévention, création d’outils opérationnels… Des pistes originales existent également pour améliorer sensiblement la situation à l’avenir. Elles gagneraient à être déployées, dans la durée, en direction de toute la société.